SOMMAIRE
Accueil
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
04/10/2018

Les 11 finalistes du concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France Maître d’hôtel du service et des arts de la table"


Après l'annonce des 11 finalistes, Gérald Louis CANFAILLA, président de la classe "Un des Meilleurs Ouvriers de France Maître d’hôtel du service et des arts de la table", annonce que les épreuves de la finale du concours « Un des Meilleurs Ouvriers de France » se dérouleront, le 7 novembre 2018, au restaurant « Coté Royal » de l’hôtel Barrière « Le Royal » pour l’accueil et le service à table ; et le 8 novembre 2018, dans les salons de l’hôtel Barrière « le Normandy » pour le grand oral et l’épreuve d’anglais. Découvrez les candidats et les sujets.



Les 11 finalistes du concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France Maître d’hôtel du service et des arts de la table"
LES FINALISTES

Christophe Baron, enseignant au lycée Olivier Guichard à Guérande (Loire-Atlantique)

Michaël Bouvier, directeur du restaurant La Pyramide à Vienne (Isère)

Bruno Casassus-Builhé, maître d'hôtel au Restaurant de l'Hôtel de France à Auch (Gers)

Laurent Delarbre, enseignant au lycée de Gascogne à Talence (Gironde)

Thomas Fefin, directeur adjoint du restaurant Le Gabriel à Paris (hôtel La Réserve)

Yoann Grégory, directeur du restaurant Yam'Tcha à Paris

Elsa Jeanvoine, maître d'hôtel à l'Auberge de la Poutre, à Bonlieu (Jura)

Antoine Pétrus, directeur général des restaurants et adresses Taillevent Paris / Meilleur Ouvrier de France Sommellerie 2011

Bernard Ricolleau, enseignant à l'Institut Paul Bocuse à Ecully (métropole de Lyon)

Sébastien Rival, directeur exploitations du groupe Ducasse Paris

Simon Verger, directeur de la restauration du Gabriel à Bordeaux


Le sujet de la finale 2018 du concours "Un des Meilleurs Ouvriers de France maître d’hôtel du service et des arts de la table" vise la modernisation du métier.

Pour préparer les candidats au titre "Un des Meilleurs Ouvriers de France" à l’évolution de leur métier, les sujets de l’épreuve finale s’articulent autour du chef-d’œuvre : "La production de service d’un dessert".

Ce chef-d'œuvre représente la synthèse des compétences commerciales et techniques d’un service en salle.
Le Jury attend des candidats leur capacité à magnifier cet instant du repas par une finition et une relation client personnalisées.

Plutôt que d’attendre la réalisation d’un service classique, le jury souhaite être surpris par les candidats dans leurs choix du service de ce dessert et le soin qu’ils apporteront pour concevoir une expérience nouvelle, capable de créer de l’émotion dans le regard du client.

Le maître d’hôtel est porteur de l’image de son entreprise, il doit aussi maîtriser les techniques de communication qui la valorisent, c’est la raison d’être de l’épreuve "exposer son travail dans une capsule vidéo" qui permettra de matérialiser sa prestation éphémère et démontrera sa maitrise d’une nouvelle compétence que l’on voit éclore sur les réseaux sociaux.

Pour préparer les futurs lauréats "Un des Meilleurs Ouvriers de France" à des situations auxquelles ils pourraient être confrontés, les candidats seront mis en situation d’une "interview en anglais avec la presse internationale".

Pour valoriser leur métier et le rendre attractif auprès des jeunes en recherche d’une orientation, les candidats auront à "former les commis pour les inclure dans leur scénographie du service".

Lors de l’épreuve du Grand Oral, les candidats devront soutenir un dossier portant sur "l’exploitation des apports de la digitalisation dans les pratiques quotidiennes du métier".

Le délai supplémentaire accordé aux finalistes, pour préparer cette conception contemporaine des épreuves doit permettre aux candidats de relever le défi de toute une profession face aux évolutions technologiques.

Les épreuves de la finale seront à suivre sur les Nouvelles Gastronomiques de France